Actualités - Musées - Festivals - Loisirs - Hébergements - Itinéraires - Conseils pratiques

tiqets

La région lyonnaise présente un tissu d’activités et de filières variées organisé autour de grands groupes et de PMI-PME nombreuses et fortement novatrices que ce soit dans les domaines de l’industrie traditionnelle, de la haute technologie et des services. Voyons à travers cet article les points forts de la cité des gones et pour quelles raisons l'économie se porte bien dans la région qui attire chaque année de plus en plus d'étudiants et d'investisseurs étrangers.

hôtel Dieu à Lyon
Hôtel-Dieu à Lyon

Economie de la ville de Lyon


Présentation générale


De nombreuses firmes aux performances mondialement reconnues illustrent tout le potentiel économique et diversifié de notre région lyonnaise.

En effet, Lyon est la locomotive économique de Rhône Alpes, première région économique française après l’Ile de France avec plus de 12 % du PIB national.

Une performance dont les origines remontent loin. Dès l’Antiquité, la ville a su exploiter son positionnement géographique et utiliser par exemple ses axes fluviaux (le Rhône et la Saône), pour devenir une véritable plaque tournante de la distribution à la Renaissance. Ses 2000 ans d’Histoire illustrent aussi la faculté de Lyon à s’adapter aux mutations de son environnement. A la foi pourvoyeuse d’emplois d’échanges commerciaux, d’argent et de communications, elle a été la première à changer les monnaies, à inventer la Banque en France et à tisser un réseau d’accès performant. Si ces flux de biens et de capitaux perdurent, ils sont complétés depuis longtemps par ceux de biens immatériels, de connaissances, de savoir faire, de services et d’excellence, signe d’un positionnement et d’un rayonnement international.

Le rang tenu par l’agglomération lyonnaise en matière économique est aussi le fruit d’une recherche particulièrement active qui travaille en relation étroite avec les différents pôles universitaires et les grandes écoles de la ville.

L’attractivité et le dynamisme économique de la région lyonnaise s’expliquent également par sa position géostratégique centrale en Europe.

L'ouverture internationale


Le dynamisme du tissu économique de la région lyonnaise et son offre de sites d'accueil concurrentiels et performants, attirent les investisseurs internationaux et de grands noms de l'économie mondiale y sont implantés. Plusieurs organisations internationales majeures et organisations non gouvernementales l'ont élue pour l'implantation de leur siège social : Interpol, Euronews (1ère chaîne de télévision européenne d'information en continu), le CIRC (Centre International de recherche contre le cancer), Bioforce Développement, Handicap International...

De la même façon, les fleurons des entreprises lyonnaises et nationales installées dans l'agglomération exportent dans le monde entier et ont organisé leur développement à l’international, à partir de la région lyonnaise. L'association "Région Urbaine de Lyon" s'est dotée d'un "observatoire économique", outil d'aide à la compréhension de cette région urbaine dont les enjeux de développement sont clairement situés à l'échelle européenne.

Grand Lyon technopole


Informations sur les structures et les sites d'accueil


La Ville de Lyon travaille en partenariat avec les acteurs publics locaux pour faciliter la création et l’installation des entreprises sur son territoire.

L’ADERLY, la Chambre du Commerce et de l’Industrie de Lyon et le Grand Lyon peuvent aider les entreprises en création ou qui souhaitent se développer à se procurer des sites d’accueil adaptés précisément à leurs besoins.

Ils pourront vous apporter un accompagnement à l’installation et des informations détaillées sur les locaux disponibles, les sites en développement et l’offre foncière et immobilière globale.

Les secteurs d'activités


La région lyonnaise possède une très longue tradition d’initiatives économiques et technologiques. Si tous les secteurs industriels sont représentés, on peut mettre en exergue plusieurs domaines dans lesquels Lyon jouit d’une réputation internationale : la mécanique, le textile, la chimie et la pharmacie, la santé.

Cette structure industrielle traditionnelle a favorisé l’émergence et l’expansion du secteur des hautes technologies : matériaux nouveaux, textiles techniques, traitement des polymères, biotechnologies...

Le dynamisme du secteur tertiaire complète ce portrait.


Les services publics et privés connaissent depuis près de 10 ans un développement accéléré. Les activités de conseil et assistance et les services opérationnels aux entreprises représentent un poids important et ont un lien marqué avec l’industrie.

Les pôles d'excellences


Le tissu économique de Lyon révèle une représentativité de tous les secteurs dont certains plus dominants et faisant preuve de dynamisme comme en témoigne ses pôles industriels d’excellence traditionnels ou liés aux nouvelles technologies et sciences émergentes.

Industriels lyonnais


Mermet (textiles pour la construction et le transport) - Novalis Fibres SA (polyamides) - Pierbé & Cie (prêt-à-porter féminin) - Lejaby (lingerie féminine) - Prelles et Cie (soie) - Hexcel Fabrics (polyamides), Billon Technic France (tissus pour usage industriels) - EMC, Mamet (ennoblissement) - Brochier (tissus de carbone, graphite, silice ou quartz) - Mayor (moulinage)

Outils de formation, de recherche, de promotion et d’assistance


  • Institut Textile de France (l’ITF est un des acteurs le plus actif en matière de R&D car il est engagé dans une vingtaine de projets européens et est reconnu comme le spécialiste des Tissus à usage technique dans le monde entier).
  • Centre technique de la teinture et du nettoyage (unique en Europe).
  • Centre d’Infographie (spécialisé dans la maille).
  • Institut Supérieur textile et chimique (ITECH)
  • DESS Mode et création de l’université Lyon 2

Evénements et salons



  • Première Vision (le plus important salon européen de création textile)
  • Lyon Mode City (une référence dans la lingerie)

Le textile


Les soyeux lyonnais ont fait de longue date la réputation de la région puisque Rhône-Alpes est la première région française dans le domaine de l’habillement et du textile.

Source : Unitex

Lyon reste la capitale de la création, du tissage, de la soie mais représente également un centre important en ennoblissement (teinture, impression, …) ou en habillement.

Les industriels lyonnais ont utilisé leur savoir-faire et leur créativité pour passer maître des tissus innovants depuis l’élaboration des fibres et fils techniques jusqu’aux produits finis.

La grande région lyonnaise produit 25% des textiles à usage technique fabriqués en France, faisant d’elle un pôle majeur de ce secteur et proposant des produits couvrant de nombreux champs d’application : pièces et matériaux composites dans l’automobile, les airbags, gilets pare-balles pour la sécurité, ou encore les pansements et prothèses dans la santé sont autant d’exemples.

Recherche, innovation et développement international sont les facteurs clés qui permettent aux entreprises lyonnaises d’accéder au premiers rangs mondiaux notamment dans le tissage de verre, les polyamides ou les matériaux composites et les fibres de haute performance.

Pour valoriser ce potentiel local, les industriels et les pouvoirs publics ont doté la région d’outils de formation, de recherche, de promotion et d’assistance et ont mené de nombreuses actions comme :

  • L’implantation à Lyon Vaise de l’Espace Textile de Lyon et Région dédié à la création et aux tendances de la mode.
  • Un centre de ressources technologiques à Ecully avec l’ITECH et l’ITF
  • Le " Passage Thiaffait ", village des créateurs sur les pentes de la Croix-Rousse qui regroupe des ateliers, des boutiques et un centre de ressources spécialisé.

Le potentiel de recherche et d’enseignement supérieur


Laboratoire pour les hautes performances en calcul ou le laboratoire du parallélisme de l’ENS Sciences - Laboratoire d’ingénierie des systèmes d’information (LISI) commun à l’INSA et à l’université Claude Bernard Lyon 1 - LIGIM et RECODOC de l’université Lyon 1 - Laboratoire ERIC de Lyon 2 - Laboratoire ERSICO Lyon 3 - Département informatique de l’INSA (première formation française pour les technologies de l’information) - Département Télécoms de l’INSA (nouveaux services et usages) - DEA et DESS informatique documentaire de l’Ecole Nationale Supérieure des Sciences de l’information (ENSSIB). - IUP, DU et 3èmes cycles des universités Lyon 1, Lyon 2 et Lyon 3 - Mastère Réseaux de l’Ecole Centrale de Lyon

Sociétés liées aux technologies de l’information et de communication.


CEGID, CCMX, Soléri, Decan (activités de services et d’ingénierie informatique) - Cegetel, DHL, France Telecom (centres d’appel) - Jet Multimédia, Infonie, Indexa, E-business, (services en ligne, commerce électronique) - C-Ware, EDS, (solutions de commerce électronique) - Ever, Cincom, Azur Technology (gestion électronique de document) - Esprit public, Signes Particuliers (contenu on-line et off-line) - ASI-Completel, NCTech (fourniture d’accès Internet)

Les technologies de l'information et de la communication


Les techniques d'information et de communication se développent à vitesse exponentielle et Lyon œuvre pour créer un pôle d’excellence en s’appuyant sur un potentiel exceptionnel :

  • plus de 1400 sociétés,
  • 12 000 emplois,
  • plus de 400 chercheurs en technologies et sciences de l’information.

Ce secteur regroupe à la fois des activités de services et d’ingénierie en informatique (plus de 1300 établissements et 7500 emplois), une trentaine de centres d’appel qui emploient 2500 personnes et les nouveaux métiers de l’Internet et du multimédia (les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication).

Enfin, en plus de France Telecom, ce sont près de 15 opérateurs qui déploient leurs réseaux sur la boucle locale. Deux grands câblo-opérateurs, NC-Numéricâble (groupe Vivendi) et Rhône-Vision Câbles (groupe UPC), proposeront prochainement des services Internet haut-débit en région lyonnaise.

Elle peut être considérée comme la capitale française et européenne des loisirs interactifs avec ses entreprises spécialisées dans les jeux vidéos comme Electronic Arts.

La gestion électronique de documents et des bibliothèques virtuelles, les services en ligne, le commerce électronique, le métier de développeur de contenu promotionnel on-line et off-line et la fourniture d’accès Internet sont autant de domaines dans lesquels Lyon occupe une place de tout premier plan.

Le potentiel de recherche et d’enseignement supérieur favorise la création, l’implantation et le développement de sociétés liées aux technologies de l’information et de communication.

Pôle environnement et génie des procédés.


Il apporte aux acteurs de la filière lyonnaise un soutien :

  • Scientifique et technique,
  • À la gestion de l’information,
  • À la reconnaissance des compétences lyonnaises

Eco-entreprises lyonnaises


Antea (ingénierie et conseil en environnement) - Lab SA (épuration de l’air et des gaz) - 01 dB (lutte contre le bruit) - Carso (analyses de traces) - Tredi (traitement de déchets industriels) - Mos et Onyx (collecte et tri des déchets)  - Serpol (dépollution des sols) - Sefar Fyltis (filtration)

Laboratoires de recherche


Laboratoire d’analyse environnementale des procédés et systèmes industriels (LAEPSI) de l’INSA - Laboratoire d’application de la chimie à l’environnement de l ‘université Claude Bernard

Un événement : Pollutec


Premier salon européen consacré aux équipements, technologies et services à l’environnement qui se tient à Lyon depuis 1986.

La filière environnement


Les activités liées à l’environnement sont en plein essor. Dans ces domaines (protection de l’air, du sol, traitement des déchets industriels), Lyon constitue un marché et un centre de compétences exceptionnel, rassemblant 530 établissements parmi lesquels des sociétés d’envergure internationale, générant un chiffre d’affaires de près de 12 milliards de francs soit 8.5% du chiffre national et employant 12 600 personnes.

Les domaines des déchets et de l’eau constituent les 2 points forts des Eco-entreprises et de l’industrie verte lyonnaises : 56% d’entre elles interviennent dans le secteur des déchets et 41% dans celui de l’eau.

S’appuyant sur la présence de ces entreprises, des laboratoires de recherche universitaires, publics ou privés, l’agglomération lyonnaise se positionne aujourd’hui comme un centre naturel d’échanges et de progrès environnemental. Ainsi, cette synergie recherche/industrie se traduit par la création d’un pôle environnement et génie des procédés.

Afin de promouvoir les savoir-faire existants et favoriser le développement d’innovations, une Maison des Eco-technologies verra le jour sur le parc technologique spécialement dévolu à l’activité environnementale : le Parc Technologique Porte des Alpes.

Les collectivités locales de la région lyonnaise se sont regroupées pour proposer une offre foncière et immobilière de logistique.

De même, l’ensemble des acteurs de la logistique (les entreprises de logistique, les assureurs, les investisseurs) se sont réunies au sein de l’association " Alliance Logistique ".

La logistique


Situé au carrefour d’échanges économiques et inséré dans un tissu industriel compétitif, Lyon constitue un pôle logistique de premier plan. Il s’appuie sur un réseau d’infrastructures exemplaire en matière de communications routières, ferroviaires, aériennes, fluviales et de télécommunications.

Mais, la région lyonnaise bénéficie également d’atouts primordiaux qui renforcent sa puissance logistique tels que :

  • Des programmes immobiliers et fonciers en constant développement (500 000 m² d’entrepôts à Lyon),
  • Des savoir-faire nombreux et variés dans l’industrie comme les services
  • Des bureaux de dédouanement systématiquement installés sur toutes les plates-formes et des services qui facilitent les modalités douanières.
  • Une grande capacité de stockage qui permet de massifier les flux.

Des coûts d’opération compétitifs


De nombreuses entreprises internationales (Mattel, Ikéa, Dentressangle, …) ont choisi de stocker et de gérer leurs produits à partir des 3 plates-formes logistiques présentes sur le bassin lyonnais : Plaine de l’Ain, Isle d’Abeau et la zone industrielle de Mions-Corbas-Vénissieux.

Equipementiers et fournisseurs des constructeurs automobiles


SMI-Koyo (organes de direction) - Robert Bosch France (matériel et pompes à injection) - Société Mécanique de Villeurbanne (moteurs et pièces annexes telles qu’essieu, carburateur) - Bailly Comte (pièces sous capot en plastique) - Valéo (composants électroniques) - Plastic Omnium (pare-chocs, ailes et réservoirs à carburant) - Carbone Industrie (système de freinage en carbone, fournisseur officiel en Formule 1)

La filière mécanique, sous-traitance automobile


Le développement de l’activité automobile est historiquement lié à Berliet, devenu Renault Véhicules Industriels. La présence de cette entreprise a permis la constitution d’un réseau local de sous-traitance.

Dans ce domaine, Rhône-Alpes représente la seconde région française. Parmi eux, on compte des équipementiers de premier rang et des fournisseurs des constructeurs automobile travaillant dans les domaines de la plasturgie ou du matériel électrique.

Pôle de matière grise


Pôle chimie et génie chimique de l’université Claude Bernard - Laboratoire de l’Ecole Normale Supérieure sur la chimie organique et supra-moléculaire - Institut Français du pétrole - Laboratoires privés d'Arkema - Centres de recherche sur les silicones et les plastiques techniques de Rhodia - Laboratoires des matériaux polymères et biomatériaux - Institut des Technologies chimiques - Ecole de Chimie-Physique-Electronique de Lyon

Grands groupes internationaux


Rhodia (chimie de spécialités) - Ciba Geigy (matières colorantes) - Arkema - Toray Plastics (films polyester) - Cyanamid Agro (produits phytosanitaires)

PME


Gattefossé (produits chimiques à usages pharmaceutique et cosmétique) - Ideal (articles de ménage et de cuisine en plastique) - Chimiotechnic (lessives, détergents)

Chimie, caoutchouc et matières plastiques


Née au XIX siècle dans la mouvance de l’industrie textile locale qui éprouvait le besoin de teindre ses tissus, la chimie constitue un pilier de l’industrie lyonnaise avec 24 000 salariés en Rhône-Alpes dont 10 900 sur le Grand Lyon. Le secteur du caoutchouc et de la transformation plastique emploie 12 000 salariés en Rhône-Alpes.

S’appuyant sur un environnement propice avec notamment un pôle de matière grise important, les entreprises ont su développer à la fois des activités de base et de haute technologie comme les plastiques biodégradables, les silicones, les réactifs ou les écoproduits.

Lyon est d’ailleurs considérée comme leader dans le domaine des polymères.

Grâce au dynamisme exceptionnel de deux groupes nés dans la région -Rhône-Poulenc et Atochem-, Lyon est devenue une véritable plate-forme de la chimie.

Ainsi, à côté de grands groupes internationaux (Hoechst, Ciba, Shell, etc...) qui ont choisi ce territoire comme base de développement vers les marchés français et européens se développent des PME dynamiques.

Hospices Civils de Lyon


Second pôle hospitalo-universitaire de France.

Le dispositif de formation et de recherche


Centre National d’Etudes Vétérinaires et Alimentaires - Institut d’études des éléments traces  - Institut de pharmacie industrielle  - 3èmes cycles en génie biologique et médical - Centre international anticancer

Des start-up, des PME et des leaders mondialement connus


Rhône-Poulenc, associé à l’allemand Hoechst dans la société Aventis, devrait former le second groupe mondial dans les biotechnologies - Pasteur Mérieux Connaught (leader mondial de la biologie humaine)  - BioMérieux (diagnostics et réactifs de laboratoires) - Boiron (leader mondial de l’homéopathie) - Flamel Technologie (libération contrôlée de substances) - Mérial (santé animale) - Aguettant (solutés injectables) - Merck-Lipha (produits diabétiques) - Givaudan-Lavirotte, Gifrer et Barbezat (galénique) - Biomatech (biocompatibilité) - ISS, ex-Immi (geste chirurgical assisté par ordinateur) - Texinfine (biomatériaux)


La santé et les biotechnologies

Les industries de la chimie, de la plasturgie et du textile ont des applications et un champ d’activité complémentaires dans le secteur de la santé. Celui-ci est une véritable tradition à Lyon. La concentration d’activités médicales et pharmaceutiques, de laboratoires, de centres hospitaliers (Hospices Civils de Lyon) a donné à la technopole lyonnais une réputation d’excellence reconnue.

Rhône-Alpes représente la seconde région en France pour les industries de la santé avec des points forts tels que l’industrie pharmaceutique (8ème rang mondial en termes de chiffre d’affaires) et les industries des dispositifs médicaux dont le génie biologique et médical (20% de l’activité française).

Dans ce domaine, Lyon constitue un pôle de compétences renommé car il accueille une grande diversité de produits et techniques, en particulier dans :

  • Les biomatériaux,
  • La suppléance fonctionnelle, handicap, dialyse,
  • Les dispositifs implantables
  • Les vaccins et diagnostics

Les biotechnologies ont des applications cap
itales pour l’homme dans les domaines de la santé, la pharmacie, mais aussi la chimie, l’agro-alimentaire et l’environnement. Les sciences de la vie représentent un pôle émergent, dynamique en pleine constitution sur Lyon qui accueille des start-up, des PME et des leaders mondialement connus.

Compte tenu de l’importance de ce domaine, Lyon organise tous les 2 ans, le forum Biovision. Des intervenants issus du monde de la recherche, des grandes organisations internationales ou de grandes entreprises se réunissent pour discuter des conséquences des biotechnologies sur notre société. En effet, du maïs transgénique aux nouvelles thérapies contre le Sida, elles contiennent sans doute les solutions futures à des problèmes majeurs, qu’il s’agisse de la faim dans le monde ou du traitement de certains cancers. Ces avancées scientifiques décisives suscitent bien des inquiétudes et pose un vrai débat éthique, touchant aux convictions les plus intimes de l’homme.

Les industries de la santé et des biotechnologies s’appuient sur un dispositif de formation et de recherche local dynamique et performant.

Ce dernier comprend plus de 18 000 étudiants en sciences de la vie et de la santé, plus de 8 000 chercheurs répartis dans près de 100 laboratoires et une recherche publique ou mixte portée par environ 60 unités de l’INSERM ou du CNRS.

Ainsi, Lyon accueille notamment le laboratoire la fondation Mérieux P4, une entité unique en Europe, destinée à la recherche sur les maladies infectieuses émergentes ou résurgentes qui affectent le monde comme les virus Ebola, Lhassa.

Pour que la région puisse renforcer sa position d’excellence en génie biologique et médical, il existe des réseaux de coopération entre les industriels et les compétences scientifiques et techniques :
  • Il existe à Lyon deux sites de fort potentiel de développement dans le secteur de la santé et des sciences de la vie :
  • Le pôle santé Rockfeller qui constitue probablement la plus forte concentration hospitalo-universitaire d’Europe
  • Le Biopôle de Gerland qui a vocation d’accueillir de multiples acteurs axés sur la biologie et les bio-industries compte tenu de l’importance prévisible de celles-ci dans le futur.

Les centres internationaux de recherche


Centre International de recherche sur le cancer - Institut international des éléments traces - Futur centre européen d’immunologie et de virologie

Les centres de recherche des établissements d’enseignements supérieur


Ecole Normale Supérieure Sciences - Ecole Centrale - Université Claude Bernard Lyon 1 - Université Lumière Lyon 2 - Université Jean Moulin Lyon 3 - ENTPE - INSA - Ecole de Management de Lyon - Institut des Ingénieurs Textile et Chimique

Les organismes publics de recherche nationaux


CNRS - l’INSERM - Institut National de Recherche sur les transports et leur sécurité - Institut National de Recherche Agronomique - Agence pour l’Environnement et la Maîtrise d’Energie

Les centres techniques


Centre technique du cuir - Institut textile de France - Centre d'Etude Technique de l'Equipement - Centre d'Etude des Tunnels - Institut Français du Pétrole - Centre Technique des Industries Aérauliques et Thermiques - Centre Technique de la Teinture et du Nettoyage - Centre Technique des Industries de la Fonderie


Les structures de valorisation et de transfert


ALT, Association Lyon Technologie qui regroupe les principales structures de valorisation - Insavalor (filiale de valorisation industrielle de l’INSA) - Ezus (filiale de valorisation de l’université Claude Bernard Lyon 1) - Centrale Lyon Innovation (filiale de valorisation de l’Ecole centrale) - Atlas, (filiale de valorisation des écoles de l’IPL, qui regroupe des institutions privées d’enseignement et de recherche.

Les fondations scientifiques


Fondation Marcel Mérieux - Fondation Scientifique de Lyon et du Sud-Est - Fondation Marius Berliet

La recherche et les transferts de technologies

Lyon dispose d’un potentiel de recherche de tout premier plan qui favorise l’innovation scientifique et technologique. Ainsi, environ 15% des brevets nationaux sont déposés dans la capitale des Gaules.
La qualité des travaux de son pôle universitaire, de ses grandes écoles et de ses centres de recherche, alliées à la densité d’un tissu d’entreprises accordant –dans les domaines de la santé, de la chimie, du textile, de la pharmacie et de la mécanique- une importance majeure au secteur de la recherche, font de l’agglomération un pôle d’excellence, reconnu au plan national et international.

Ainsi, la recherche lyonnaise, tout comme la formation et l’industrie couvrent une riche palette de domaines :

  • La santé, les sciences de la vie, les bio-sciences dont la Biologie moléculaire et cellulaire, les Neurosciences, Le génie biologique et médical.
  • Les sciences de la matière dont Physique fondamentale (atomique et nucléaire), Chimie fine, catalyse et génie des procédés, Science et génie des matériaux de haute performance (polymères, textiles techniques, traitement de surface)
  • Les mathématiques, la simulation et la modélisation
  • L’informatique et les réseaux
  • Les hautes technologies comme les lasers, plasma, nanosystèmes et nanotechnologies
  • Les sciences de l’entreprise telles que le management, le marketing, la gestion de la technologie
  • Les sciences humaines et sociales dont les langues, l’histoire, les sciences économiques, les sciences politiques
  • Les transports, la production d’énergie, infrastructures et moyens
  • L’aménagement du territoire avec les Sciences de la ville, l’urbanisme, le génie civil
  • Management de l’environnement pour les déchets, les nuisances, l’air, l’eau, le sol
  • Les sciences de la terre et de l’univers : la cosmologie, la géologie, l’astronomie

Si Lyon offre une grande diversité de domaines de compétences en matière de recherche, il en existe certains où elle excelle plus particulièrement : chimie fine et moléculaire, recherche clinique et biologie humaine, neurosciences et cognisciences, génie biologique et médical, imagerie médicale, sciences pour l'ingénieur, et mathématiques appliquées.

Les acteurs de la recherche lyonnaise appartiennent à des centres internationaux de recherche, des centres de recherche des établissements d’enseignements supérieur, des organismes publics de recherche nationaux, des centres hospitaliers, des centres techniques et des centres privés de recherche et développement.
S’ajoutent des dispositifs et organismes de financement de l’innovation qui permettent aux sociétés de développer des projets novateurs.

En partenariat avec tous ces acteurs, quatre fondations scientifiques jouent un rôle important pour multiplier les échanges entre experts et entreprises.

Le tertiaire et les services aux entreprises


La force de nombreux services aux entreprises de l’aire urbaine lyonnaise réside dans sa place stratégique au centre d'une région économique puissante.

L’aire urbaine de Lyon constitue le second pôle d’implantation des activités de services aux entreprises en France, derrière Paris, mais devant Marseille et Lille.

Lyon représente donc 4,1 % du secteur en France et emploie 112 050 personnes dans le secteur. Entre 2010 et 2020, 12 000 emplois ont été créés dans les services aux entreprises. Aujourd’hui un salarié sur cinq travaille dans ce domaine (20,3% des salariés). Hors Paris, Lyon est avec Marseille l’une des aires urbaines les plus rayonnantes et les mieux dotées en sièges sociaux d’entreprises (de plus de 100 salariés), notamment dans les activités de conseil, comptables, location de biens, services informatiques.

Activités liées aux services aux entreprise


Dans une approche sectorielle, l’aire urbaine de Lyon se caractérise par une bonne représentation de l’ensemble de la gamme de services aux entreprises, possède la meilleure couverture sans occuper de position dominante mais sans trous…

Les services à l’industrie sont d’autant plus développés à Lyon que l’industrie elle-même est très présente. La large palette de spécialisations est en étroite synergie avec la demande industrielle très forte dans la région : l’informatique, la publicité et les études de marché, l’architecture et l’ingénierie, la location sans opérateur, la sélection et fourniture de personnel, l’assainissement et le traitement des déchets ou la recherche et développement.

Ainsi, la filière autour de la chimie, la parachimie, la pharmacie et toutes les activités liées à la santé et aux sciences du vivant illustre la complémentarité qui existe à Lyon entre l’industrie et les services. Cette relation avec les services aux entreprises s’est faite au départ au travers de grands établissements notamment dans la recherche et l’ingénierie allant d'Arkema à l’Institut Français du Pétrole, l’Institut Pasteur, l’INSERM et tous les laboratoires de recherche pharmaceutiques et biologiques. De plus en plus, ces activités sont en interaction avec les activités notamment dans les secteurs de la commercialisation des produits et de la publicité.

Les activités de conseil et assistance et services opérationnels ont le poids le plus important dans l’aire urbaine de Lyon.

Les activités de conseil pour les affaires et la gestion sont le secteur phare de l’aire urbaine avec 5000 emplois. Lyon est le premier centre d’implantation hors Paris de ces activités devant Marseille, Lille et Bordeaux. D’ailleurs, on compte plus de 1500 sièges sociaux et des établissements tels que Ernst et Young, Altran, conseil en technologies innovantes installés sur l’aire urbaine ou Ekium ingénierie.

La sélection et la fourniture de personnel est une activité bien implantée sur l’aire urbaine lyonnaise avec Adecco (tête de pont du groupe franco-suisse), Vediorbis, Manpower France ou Randstad Interim qui représentent les 4 plus grands employeurs du secteur.

L’aire urbaine de Lyon accueille également quelques entreprises de renommée en matière d’informatique telles que Cap Gemini France (conseil en système informatique), Cegid (logiciels), Esker (progiciels et logiciels d’accès Internet), Jet Multimédia (services en ligne), etc....

En matière de publicité et d’études de marché, Lyon reste bien placé au niveau national pour les agences avec notamment Publicis Cachemire ou Delta Diffusion.

Ville la mieux dotée en France, elle dispose de 12 centres techniques professionnels dont 6 à compétence nationale tels que l’APAVE, offrant ainsi une plate-forme exceptionnelle de ressources innovantes aux entreprises.

Compte tenu de la présence de filières dans la région telles que la chimie, la mécanique ou la papeterie, les activités de traitement des déchets industriels est une spécialité lyonnaise avec notamment Onyx-Vivendi ou la Lyonnaise des eaux.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vos commentaires sont les bienvenus.