Actualités - Musées - Festivals - Loisirs - Hébergements - Itinéraires - Conseils pratiques

J'ai à maintes reprises publier ici-même de nombreux articles sur les start-up qui illuminent le paysage économique de la sphère lyonnaise. Aujourd'hui, ce n'est pas une start-up que je vous présente mais une société d'ingénierie florissante qui travaillent sur de multiples thématiques. Ekium, dont le siège est situé à Bron, séduit également de plus en plus les jeunes diplômés intéressés par une entreprise à taille humaine qui porte des projets vers l'avenir.

ekium group lyon bron
Ekium


Ekium Lyon


Un projet né d’une histoire d’amitié


Ekium est né d’une histoire d’amitié entre Laurent, Philippe et Jean-François, après une rencontre à Lyon. Les trois étaient alors copains d’école et échangeaient sur la régulation et l’automatisme. À cette époque, ces hommes assimilent alors les bases et les connaissances indispensables de la fondation de Cira Concept ainsi que d’Ekium. L’équipe fondatrice est aussi composée de Richard, le plus âgé d’entre eux et qui a déjà accumulé de l’expérience en créant un réseau de services pour le contrôle-commande. Il a acquis une grande notoriété dans ce domaine. 

Pour gagner en expérience, les trois hommes ont décidé de travailler pour Richard. Ils ont pu contribuer à réaliser des projets dans diverses industries comme la pharmacie, la pétrochimie et l’ingénierie. En parallèle, ils terminent leurs études. Avec le soutien de Richard, déjà expérimenté à cette époque, ils créent Cira Concept. Cette appellation n’est pas un hasard, car chaque lettre a sa signification : Contrôle, Instrumentation, Régulation, Automatique. Cette période d’acquisition et de création s’étend de 1985 à 1990. 

L’acquisition de ses expériences


À partir de 1990, le développement de l’entreprise avance, grâce à des collaborations avec des sociétés comme EDF ou Rhône Poulenc, où chaque partenariat apporte des avantages de chaque côté. De nombreux projets sont mis en œuvre, dont certains affichent une grande complexité. C’est le cas d’un projet de parc robotique mobile sur un site nucléaire. Toutefois, l’équipe fait face à ce grand challenge et des solutions sont rapidement mises en place. 

Les efforts paient, car les clients les plus méticuleux leur accordent une grande confiance. En seulement cinq ans, Cira Concept acquiert de la notoriété en Rhône Alpes en matière de contrôle de commande. L’expansion vers d’autres horizons est alors envisagée. En 1993, cette ambition est concrétisée grâce un projet appartenant à une société américaine. Le travail consistait à installer un système d’automatisation pour la production de chalets, destinée à la Sibérie. La réussite de ce projet en attire d’autres. Cira Concept est aujourd’hui présent sur le marché international qui génère 20 % de son chiffre d’affaires. 

À la conquête de l’Afrique et de la Méditerranée


En 1995, l’entreprise ouvre une première filiale, baptisée 2 C Services. Celle-ci est dédiée au début au conseil. Cette filiale est un complément aux services fournis par Cira Concept. Ses services sont axés vers l’électricité, l’instrumentation, la tuyauterie et l’installation générale. L’année suivante, Cira Concept réalise un projet de la société burkinabé d’Hydrocarbures qui travaille sur un système de stockage de gaz et de carburant. C’est le commencement d’un partenariat avec le groupe Parlym.

En 1997, l’entreprise franchit des étapes clés. Cette période est marquée par la création d’une agence appartenant à Sanofi Pasteur qui se trouve à Grenoble afin d’automatiser les cytoculteurs. Mais cette année, à Bron, la firme érige son siège social. Plus tard en 1998, Cira investit dans un nouveau secteur : la chimie fine. Le premier projet dans ce domaine, pour la société 3M Santé, est la mise en place d’une unité de fabrication et de conditionnement. Aujourd’hui, il faut savoir que 20 % du chiffre d’affaires provient du secteur des Sciences et de la Vie. 

En 2000, l’entreprise atteint un nouveau cap : l’instrumentation et l’automatisme, l’ingénierie électricité. À cette époque, la firme conclut un partenariat avec les sociétés qui sont devenues aujourd’hui Petroineos et Ineos. Grâce à cette collaboration, Lionel décide de fonder Cira Concept Méditerranée. Dans cette aventure, il forme une équipe de choc avec plusieurs experts et le parcours ne cesse de se poursuivre jusqu’à maintenant. Cette même année, Cira entre dans l’univers de la robotique de Laboratoire en travaillant pour Rhône Poulenc Agrochimie, connu sous le nom de Bayer Cropscience actuellement. 

De plus en plus de projets confiés à Ekium


Les expériences acquises attirent la confiance de nombreux groupes. Ainsi, en 2002, l’entreprise est en charge de plus en plus de projets de grande envergure. Le premier s’élève à plus d’un million d’euros, provenant de Rhodia centre de Recherche, aujourd’hui appelé Solvay. En 2003, Cira décroche un projet d’un montant de 6 millions d’euros de Sanofi Pasteur, concernant la production de vaccins. En 2004, Cira Concept est chargé de concevoir un site de stockage et d’expédition d’ammoniac. Le groupe russe Toaz alloue à ces travaux un montant de 7 millions d’euros.

Grâce à ces projets, Cira Concept évolue et devient une entreprise polyvalente spécialisée dans l’ingénierie. Avec Areva, en 2005, l’entreprise signe un contrat d’ingénierie multidisciplinaire, le premier d’une longue série. Cette même année, Cira se concentre également sur son approche du client. Cela a pour conséquence le développement de son réseau. Ainsi plusieurs sociétés sont intégrées dans le groupe au fil des années. En 2004, Myria, une société d’automation située à Paris rejoint le réseau. En 2007, des agences sont créées comme celles de Pierrelatte et de Saint-Avold. 

Cira Concept devient Ekium


Le groupe Cira rachète aussi cette même année la société Setram et Atecas Seat Ingénierie qui appartient à Parlym. Les deux possèdent une grande expertise dans la construction d’espaces de stockage de produits pétroliers et chimiques. Elles effectuent aussi les études et la gestion des travaux de tuyauterie et d’installation générale. Le groupe enrichit ses expériences dans les grosses industries. Avec ces rachats, Cira bénéficie du savoir-faire de 70 experts composés de techniciens et d’ingénieurs. Le groupe réunit 6 sociétés qui emploient 320 personnes et génèrent un chiffre d’affaires de 24 millions d’euros. À cette époque, Cira Concept devient Ekium. 

Une expansion internationale


Un grand projet est décroché par Ekium par la suite, auprès de la base navale de Brest pour la réorganisation du dépôt de carburant. Le groupe se positionne en tant que maître d’œuvre et gère un Capex de 6 millions d’euros. En 2009, lorsque la crise bat son plein, la société n’en souffre pas et sa croissance continue. En effet, d’autres sociétés rejoignent le réseau, y compris GLI en 2010. Ekium enrichit son cercle d’experts avec 40 nouveaux venus, spécialisés dans les fluides techniques et les dispositifs de sécurité. À la tête de cette équipe se trouve un ingénieur d’Insa

À Toulouse, l’agence présente sur place, dirigée par Stéphane, obtient une collaboration pour l’automation, avec Airbus. En 2013, la TPE SMG basée à Paris rejoint GLI qui compte plusieurs experts en fluides du bâtiment. Après l’acquisition de nombreux projets et le rachat de plusieurs sociétés en France, Ekium défie les frontières et en 2014 ce souhait est concrétisé par le lancement d’Ekium Benelux. Puis en 2015, Consultec, une firme mauricienne renforce le groupe qui s’ouvre aussi vers d’autres horizons comme le Pacifique et l’Afrique. Le réseau consolide ses expériences dans l’ingénierie et la gestion de projet ainsi que la prise en main du système 3D Laser Scanning.

Cette année, le groupe acquiert un peu plus son expertise en maîtrise d’œuvre industrielle, grâce à de nouveaux collaborateurs issus de Sofrast et Sofrast International. En parallèle, une nouvelle agence est ouverte à Marseille, avec une spécialité axée vers le nucléaire. Ekium devient un groupe performant et important qui réalise en 2016 un chiffre d’affaires de 70 millions d’euros et compte plus de 700 partenaires et 15 filiales. À la tête du réseau, Philippe, Jean-François et Laurent dirigent avec une main de fer ce vaste groupe, où ils sont rejoints par Jean-François. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vos commentaires sont les bienvenus.