Actualités - Musées - Festivals - Loisirs - Hébergements - Itinéraires - Conseils pratiques

tiqets

Lyon séduit toujours les investisseurs et les chiffres de 2019 en apportent les preuves. Les résultats révélés par la FNAIM ont montré un marché de l’immobilier d’entreprise au meilleur de sa forme. En 2019, les investissements se sont élevés à presque 2,2 milliards. Cela s’explique en partie par les investissements dans les bureaux. Dans cette catégorie, la demande placée a augmenté en un an. Par contre, du côté des espaces dédiés à la logistique et à l’industrie, le marché fait face à une offre morose.

Lyon, quartier de Confluence
Lyon, quartier de Confluence


L'immobilier d'entreprise à Lyon


Des investissements presque doublés


Lyon passe à un niveau supérieur et devient une métropole européenne selon les acteurs du marché. Lorsqu’il s’agit d’immobilier d’entreprise, l’image qui vient en tête des investisseurs est claire. Chloé Teixeira, qui occupe le poste de Responsable Investissement au sein du cabinet CBRE à Lyon a annoncé avec ferveur que « Les étrangers, notamment les Allemands, adorent notre ville »,  lors de la présentation de l’état de l’immobilier d’entreprise dans la capitale des Gaules par la FNAIM. Elle rajoute qu’« Aujourd’hui Lyon a dépassé Barcelone de par l’attractivité de son dynamisme économique et tertiaire » Avec ces excellents résultats, la ville devance de loin Lille dans le classement national, même si elle se trouve juste après Lyon. 

En comparaison, la part en demande placée est divisée par deux. Si 2018 était une excellente année et une référence avec ses 1,2 milliard d’investissements, 2019 enregistre presque le double avec 2,2 milliards. Les bureaux occupent la première place avec 1,3 milliard d’euros, 624 millions pour le commerce et 175 millions pour la logistique. Parmi les endroits les plus prisés figurent le Corner de Part-Dieu près de la Tour Incity et de la Tour Oxygène, To Lyon, la Convergence et Ubran Garden. Chloé Teixeira apporte une remarque intéressante pour expliquer la situation.

Selon elle, « Les investisseurs estiment que le risque locatif est de plus en plus faible avec les excellents chiffres de la demande placée ». 

Les bureaux en tête de liste 


La plus importante part de marché revient aux bureaux. La demande placée accuse une hausse de 32 % en 2019, avec une surface excédentaire de 107 000 m² par rapport à 2018. Hélène Boget, consultante de Savills France précise « Cette année on compte 619 transactions, dont 3 de plus de 20 000 m² » La même situation est vécue par RTE à Jonage, Framatome à Gerland et Apicil à Part-Dieu. Elle rajoute que « Le neuf absorbe 54 % de la demande placée, et à ce jeu Gerland près du parc (21 %) se maintient comme le premier secteur devant Part-Dieu (18 %) et Vaise (11 %) » .

Du côté de la location-vente, la stabilité s’impose avec une répartition présentant un ratio de  73/27. Toutefois, le marché reste assez tendu. L’offre immédiate sur une période de moins de 6 mois est de 376 000 m². 38 % appartiennent à l’immobilier neuf.

Hélène Boget se met sur ses gardes « Pour 2020, on constate qu’il y a un dynamisme réel, mais qu’on risque d’entrer dans un marché sous tension » souligne-t-elle et rajoute « On espère que la sortie des élections et la mise en place du prochain PLUH permettront de signer des projets significatifs » Il s’agit du prix à payer pour le succès de la demande placée. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vos commentaires sont les bienvenus.