Actualités - Musées - Festivals - Loisirs - Hébergements - Itinéraires - Conseils pratiques

tiqets

La plupart des personnes non originaires de la région ne savent pas que la ville de Lyon possède 2 aéroports. Pourtant, c'est bien le cas, et même si l'aéroport de Bron est destinée principalement au tourisme d'affaire, il reste néanmoins un aéroport avec ses règles et réglementations. Dans cet article, nous allons tenter d'en savoir davantage sur lieu qui vous allez le voir, possède un historique incroyable.

Aérodrome de Bron Aviation
Aérodrome de Bron Aviation


Aéroport de Bron Aviation



L'aéroport de Lyon-Bron est un aéroport français situé à une dizaine de kilomètres à l'est du centre de Lyon, entre les villes de Chassieu et de Saint-Priest. C'est le plus ancien et le plus petit aéroport de Lyon. L'aéroport a été nommé d'après la ville de Bron.

Histoire de l’aéroport


Dès 1907, les premiers mouvements d'avions ont lieu dans un champ entre la route de Genas au sud et une ancienne ligne de chemin de fer secondaire de Lyon à Saint-Génix à l'est, sur le site de La Poudrette. En mai 1910, la "Grande semaine de l'aviation de Lyon" s'y est déroulée, avec 100 000 spectateurs.

Le succès de ce spectacle aérien international a rapidement convaincu le maire de Lyon, la préfecture du Rhône et le gouverneur militaire que les champs peu productifs entre la route nationale 6 vers Grenoble au sud, la rue Saint-Jean au nord et le Fort de Bron à l'ouest pouvaient être utilisés pour un aérodrome. En novembre 1910, l'École Lyonnaise a été ouverte sur ce site en tant qu'école nationale d'aviation civile, pour laquelle deux, puis quatre, salles en bois avec des portes papillon ont été construites.

En 1912, lorsque l'armée française commence à s'intéresser à l'aviation, l'école de Bron se sépare des officiers et des sous-officiers. En 1913, des aérostiers et des mécaniciens de Versailles, Privas et Epinal s'y installent et sont logés dans le fort.

Pendant la première guerre mondiale, de 1914 à 1918, Bron est devenu un aérodrome pour tester les prototypes de l'armée. Les constructeurs, qui s'étaient retirés de Paris, y ont développé les premières industries aéronautiques. En décembre 1915, le pionnier de l'aviation Gaston Caudron est tué lors d'un vol d'essai avec un bimoteur.

Le 24 février 1920, le ministère de l'aviation ordonne l'acquisition d'un terrain adjacent à Chassieu pour y créer un aérodrome. Au cours de l'été 1924, la compagnie aérienne suisse Aéro-Lausanne a exploité un service aérien régulier sur la ligne Lyon-Genève-Lausanne. L'axe Paris-Lyon-Marseille est ouvert le 25 mai 1926. En 1927, l'aéroport de Bron avait déjà une capacité annuelle de 2294 passagers, 13 tonnes de courrier et 2 tonnes de fret postal. En 1929, la ligne Genève-Lyon-Clermont-Bordeaux est mise en service.

Le 14 décembre 1930, un aérogare est inauguré en grande pompe et ouvre ses portes le 8 février 1932. Elle est devenue une destination pour les Lyonnais. Le terminal abritait un bureau de presse international, des boutiques de souvenirs, un restaurant, un restaurant buffet, un bar, un bureau de poste et un office du tourisme. Pendant l'entre-deux-guerres, l'aéroport s'est développé en coopération avec d'autres compagnies aériennes. En 1935, il existait des liaisons directes de Lyon-Bron vers Aix-Chambéry, Clermont-Ferrand (escale pour Bordeaux), Dijon, Genève (escale pour la Suisse et l'Allemagne), Marseille (escale pour l'Afrique du Nord), Nice, Paris (escale pour l'Angleterre, la Belgique, les Pays-Bas et transferts) et Perpignan (escale pour l'Algérie).

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l'aéroport de Bron a été occupé par l'armée allemande de 1942 à 1944. Entre le 17 et le 23 août 1944, 109 Juifs ont été exécutés et évacués de la prison de Montluc sur ordre de Klaus Barbie. De novembre 1944 à mars 1945, les armées alliées effectuent des raids de bombardement sur l'Allemagne depuis Lyon-Bron à l'aide d'avions de chasse Martin B-26.

En 1947, Lyon-Bron est relié par des liaisons directes avec Alger, Clermont-Ferrand, Genève, Marseille, Nice, Orange, Paris-Le Bourget, Perpignan et Vichy.

Aéroport 1952-1980


Le 6 juillet 1952, la pilote d'essai Maryse Bastié meurt en tant que passagère dans l'écrasement d'un Noratlas après un spectacle aérien à l'aéroport de Lyon-Bron. A partir de 1957, le terminal de l'aéroport civil a été entièrement reconstruit. En 1959, d'importants bâtiments ont été inaugurés (encore visibles aujourd'hui derrière le marché Castorama). La piste a été prolongée du côté sud au début des années 1960, ce qui a entraîné le déplacement de la Route Nationale RN6 vers le sud sur environ un kilomètre.

En 1960, Lyon-Bron était relié par des liens directs avec :

National : Ajaccio, Bordeaux, Grenoble, Marseille, Mulhouse, Nice, Paris-Le Bourget, Paris-Orly, Strasbourg et Vichy.

International : Alger, Bône (Annaba), Casablanca, Dublin, Genève, Londres, Oran, Philippeville (Skikda), Rabat, Tunis et Turin

Dans la période d'après-guerre, une activité aérienne intensive vers l'Afrique du Nord a commencé. En 1964, l'activité de l'aéroport de Bron s'est traduite par 6383 départs et 6370 arrivées, ainsi que 117 769 passagers au départ et 127 127 à l'arrivée. La même année, deux énormes passerelles couvertes ont été construites pour relier les terminaux aux avions et augmenter la capacité de traitement. Une petite partie de ces couloirs est encore visible derrière l'actuel marché Castorama, qui sert de parking couvert.

En 1966, les premières liaisons régulières long-courrier ont été ouvertes. En 1969, le terminal a été étendu à l'est et une nouvelle tour de contrôle a été construite. En 1972, le nombre de passagers en provenance de Lyon-Bron a franchi le cap du million. En 1973, une ligne entre Lyon et le Caire a été ouverte avec Air France.

En 1974, des liens directs ont été établis avec :

Nationaux : Ajaccio, Angers, Bastia, Bordeaux, Clermont, Lille, Limoges, Marseille, Metz, Montpellier, Nancy, Nantes, Nice, Rennes, Paris-Le Bourget, Paris-Orly, Poitiers, Reims, La Rochelle, Rouen, St. Etienne, Strasbourg, Toulon, Toulouse et Tours

International : Abidjan, Alger, Athènes, Bâle, Barcelone, Belgrade, Bruxelles, Le Caire, Casablanca, Constantine, Cotonou, Dakar, Dublin, Düsseldorf, Francfort, Londres, Madrid, Milan, Oran, Palma, Rabat, Tanger, Tunis, Zagreb et Zurich.

Entre 1924 et 1981, différentes compagnies aériennes étaient représentées à Lyon-Bron, comme par exemple Aer Lingus, Aéro-Lausanne, Aigle Azur, Air Afrique, Air Algérie, Air Alpes, Air Bleu, Air Champagne Ardennes, Air France, Air Inter, Air Orient, Air Union, Ala Littoria, Alitalia, Balair, BEA, British Eagle, CMA Air-Lines, Iberia, Lufthansa, Royal Air Maroc, Sabena, Saturn Airways, TAI, TAT, Tunisair, UTA ...

La décision de construire un nouvel aéroport a été prise à la fin des années 1960 pour compenser la saturation progressive de l'aéroport de Lyon-Bron. En 1975, dans la nuit du 19 au 20 avril, toutes les activités aéroportuaires ont été transférées de l'aéroport de Lyon-Bron à l'aéroport de Lyon-Satolas (aujourd'hui l'aéroport de Lyon Saint-Exupéry). La zone du terminal a été successivement transférée à des sociétés privées. En 1977, la piste a été raccourcie de près d'un kilomètre et la piste en herbe à l'ouest du hangar 6 a été fermée. En 1981, les dernières lignes régulières quittent Bron et s'installent à Lyon-Satolas. Depuis 1987, l'aéroport de Lyon-Bron abrite une base de la compagnie aérienne Pan Européenne Air Service, dont le siège est situé à l'aéroport de Chambéry-Savoie. En 1988, les bâtiments datant de 1932 ont été démolis.

L'aéroport de Bron aujourd'hui


L'aéroport de Lyon-Bron est aujourd'hui le troisième aéroport d'affaires de France, après ceux de Paris Le Bourget et de Cannes-Mandelieu. Une zone de 140 hectares est réservée au terminal de l'aviation générale. Il y a également un héliport.

En 2009, le directeur de l'aéroport de l'époque, Éric Dumas, a déclaré que Lyon-Bron devait devenir un aéroport d'affaires de premier plan en Europe. Après l'achèvement de la révision générale du principal aéroport Lyon-Saint Exupéry, l'aéroport de Bron sera également modernisé et de nouveaux services de haute qualité seront proposés aux entreprises et aux compagnies aériennes. L'objectif est de dépasser les 10 000 mouvements d'avions par an en 2012.

En 2010, un restaurant panoramique dénommé L'Assiette a été ouvert, le hangar SAMU 69 a été construit, qui abrite une base d'hélicoptères et des équipes de secours. Inauguré fin 2009, le hangar H8, d'une capacité de 3000 m², abrite désormais des avions d'affaires et des activités connexes. Une nouvelle caserne de pompiers a été inaugurée le 25 juin 2012.

Chaque année, l'aéroport de Lyon-Bron compte environ 11 000 passagers.

Les incidents majeurs


Le 10 décembre 1915 l'avionneur Gaston Caudron se tue avec son mécanicien Jaumes et le dessinateur Desmarais, alors qu'il effectue un vol d'essai avec un Caudron R46.

Le 1er décembre 1948, un TAI Halifax C.VIII (immatriculé F-BCJS) s'est écrasé dans un brouillard dense au décollage de l'aéroport de Lyon-Bron, à environ 1200 mètres derrière l'extrémité de la piste de Beauregard, dans le quartier des Décines. L'avion effectuait un vol commercial à destination de l'aéroport de Casablanca-Anfa. Sur les huit passagers, trois ont été tués, les deux autres et l'équipage de trois personnes ont été blessés. L'avion enregistré au nom de la société Aero Cargo a été détruit.

Le 6 juillet 1952 l'aviatrice Maryse Bastié fait partie des 7 morts dans l'écrasement d'un Noratlas en démonstration lors d'un meeting aérien.

Le 12 août 1963, un Vickers Viscount 708 d'Air Inter (F-BGNV) en provenance de Lille est entré en collision avec des arbres lors de son approche sur l'aéroport de Lyon-Bron pendant un orage. L'avion a heurté une ferme à 24 kilomètres au nord de l'aéroport de destination et s'est finalement écrasé dans un champ. Sur les 16 occupants, 15 sont morts, ainsi qu'une personne au sol, un seul passager a survécu.

2011 reste aussi une année noire avec 3 morts, alors que ce nombre baisse depuis dix ans au niveau national (28 accidents mortels en 2001, contre 15 en 2010). Le 17 juillet, un pilote et sa fille trouvent la mort juste après leur décollage. Le 9 novembre, un homme d’affaires alsacien, tentant de rejoindre l’aéroport de Bron, s’écrase à Décines-Charpieu dans un bassin de rétention d’eau probablement pour éviter les habitations.

Le 24 septembre 2013, un Cessna 421 s'écrase avec 4 personnes à son bord suite à une erreur de pilotage.

Anecdote


L'aéroport est le lieu de tournage du film L'Horloger de Saint-Paul de Bertrand Tavernier, tourné en 1973.

Pour aller plus loin, le site officiel https://businessaviation.lyonaeroports.com/

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vos commentaires sont les bienvenus.