Actualités - Musées - Festivals - Loisirs - Hébergements - Itinéraires - Conseils pratiques

Tout savoir sur l’histoire de l’aéroport de Lyon-Saint-Exupéry

Aéroport de Lyon Saint-Exupéry
Aéroport de Lyon Saint-Exupéry

L’aéroport de Lyon-Saint-Exupéry, qui s’est d’abord appelé aéroport de Lyon-Satolas est le quatrième plus important aéroport de France avec plus de 11 millions d’usagers par an. Situé à 25 km à l’Est de Lyon, sur la commune de Colombier-Saugnieu, il est l’aéroport de référence de la région Rhône-Alpes et un centre économique important. Pourtant, comparé à l’ancien aéroport le plus important de la région, celui de Lyon-Bron, il est très récent.

Un aéroport important pour la région Rhône-Alpes

Dès sa construction, l’aéroport de Lyon-Saint-Exupéry a pour mission de répondre aux besoins et aux ambitions de la ville de Lyon et de toutes les régions Rhône-Alpes. Dès sa construction, et tout au long des nombreuses améliorations et constructions qui lui ont été ajoutées, cet aéroport a immédiatement occupé une place centrale dans cette région carrefour entre la Suisse et l’Italie. Aujourd’hui encore, l’aéroport poursuit ses efforts de modernisation et d’agrandissement pour relever les défis de la mondialisation et du tourisme de masse. À l’heure où l’obtention d’un visa se fait en quelques clics sur www.evisa-tourisme.com, que l’achat d’un billet d’avion et le check-in peuvent se faire depuis une application, un aéroport de cette envergure se doit de suivre les grands mouvements de son époque pour répondre aux besoins des voyageurs.

De l’aéroport de Lyon-Bron à l’aéroport de Lyon-Satolas

La région de Lyon a très tôt été une région importante pour le développement de l’aéronautique et les expérimentations qui l’entouraient. Dès 1907, près de Lyon, à Villeurbanne, une zone acquiert petit à petit le statut de zone aéronautique. En 1910, une grande fête appelée Lyon-aéronautique va attirer près de 100 000 visiteurs et faire de la ville une pionnière de l’aéronautique. L’armée va alors s’intéresser dès 1912 au potentiel de l’aéronautique et elle détache quelques officiers de l’école de Bron. L’année suivante, des mécaniciens aéronautiques de toute la France sont appelés à venir s’installer au Fort de Bron pour travailler pour l’armée. Ainsi, pendant toute la Première Guerre mondiale, Bron devient un aérodrome où l’armée expérimente. À partir de 1920, l’État va acheter les terrains aux alentours de Bron pour agrandir la structure et créer un aérodrome civil. Il continuera à être utilisé par l’armée et tombera aux mains des Allemands de 1942 à 1944. Puis, à partir de 1957, l’aérogare est reconstruite et le petit aéroport accueille ses premières lignes touristiques en 1960. En 1974, les premières lignes internationales sont inaugurées, mais l’aéroport de Lyon-Satolas est inauguré l’année suivante et celui de Bron ferme en 1981.

La création de l’aéroport de Lyon-Satolas

Bien que l’aéroport de Lyon-Bron fût un haut lieu de l’innovation aéronautique et que son histoire soit importante et chargée, la région Rhône-Alpes ne le trouvait pas à la hauteur de ses ambitions. Effectivement, Lyon-Bron est trop proche de grandes agglomérations, ce qui empêche son élargissement et l’interdira, à terme, d’accueillir les nouveaux modèles d’avions. À la fin des années 60, il est donc décidé qu’un nouvel aéroport sera construit. Pour cela, des repérages avaient déjà été faits à partir de 1965 et les terrains nécessaires avaient déjà été acquis. La construction de l’aéroport ne dura que quatre ans, elle démarra en 1971 et ne connut aucun retard ni aucun dépassement de budget. Un fait rarissime qui fit la fierté de Guillaume Gillet, son concepteur. L’aéroport est inauguré le 12 avril 1975 en présence du président de la République de l’époque, Valéry Giscard d’Estaing. Une semaine après seulement, toutes les activités de Lyon-Bron y sont transférées et le premier vol commercial, en provenance de Paris, y atterrira le 20 avril 1975. Avec sa seule et longue piste de quatre kilomètres, l’aéroport a une capacité d’accueil de 3 millions de passagers par an.

L’agrandissement de l’aéroport Lyon-Satolas

Pourtant, la croissance rapide de l’activité touriste de la région, aidée par le succès de cet aéroport, pousse la région à lancer un plan de financement dès 1989. L’objectif est de doubler la capacité d’accueil en construisant une piste de 2 670 mètres. La piste est finalement construite en 1992 et une nouvelle gare TGV au sein de l’aéroport l’accompagne dès 1994. Jusqu’en 2000, les terminaux sont seulement réorganisés. Puis, le 29 juin 2000, à l’occasion du centième anniversaire de la naissance de l’écrivain et aviateur né à Lyon Antoine de Saint-Exupéry, l’aéroport est rebaptisé aéroport de Lyon-Saint-Exupéry. Depuis, plusieurs investissements massifs ont été réalisés pour agrandir et rénover les terminaux afin de soutenir une croissance constante. Le 19 décembre 2017, la barre symbolique des dix millions de passagers est franchie. Si la crise économique de 2017 a forcé la société gestionnaire de l’aéroport à revoir ses prévisions à la baisse, cela n’en représente pas moins une victoire. À l’origine, la barre des 10 millions devait être franchie en 2012, et celle des 15 millions en 2020. Une seconde prévision difficile à atteindre, mais qui connaîtra moins de retard que la première.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vos commentaires sont les bienvenus.