Actualités - Musées - Festivals - Loisirs - Hébergements - Itinéraires - Conseils pratiques

libre

libre

Découvrez notre guide pratique pour réaliser un investissement immobilier à Lyon en souscrivant à une assurance emprunteur.


Tour Part-Dieu à Lyon
Tour Part-Dieu à Lyon

Investir à Lyon : tout savoir sur les démarches médicales à réaliser pour profiter de l’assurance emprunteur


Investir à Lyon, une ville d’avenir

Après une envolée des prix de l’immobilier record en 2017, la fin d’année 2018 à donner à voir un net ralentissement de cette tendance, et même un léger recul sur les trois derniers mois de l’année 2018. Cette récente hausse des prix de l’immobilier a suscité une baisse de l’engagement des particuliers dans l’acquisition de leur logement à Lyon. En effet, les derniers standards du prix au m² oscillent entre 4 000 et 5 500 €/m² et ont mené à une perte de vitesse progressive des prix de l’immobilier qui semble perdurer en ce début d’année.

Imprégné de changement, la ville de Lyon voit également naître de nouveaux quartiers que l’on pourrait apparenter à la ville de demain et qui attirent de plus en plus de futurs acquéreurs. Parmi eux, on retrouve notamment le quartier de La Confluence au carrefour des principales attentes du particulier : proche de la ville, immeubles modernes avec une vie de quartier. Dans le même temps, d’autres quartiers comme le Grand Parilly, ou encore le quartier de La Duchère offrent des perspectives d’investissement très intéressantes sur le plus long terme, avec des prix plus bas, mais une véritable promesse quant à la rentabilité des futurs logements à l’horizon 2025.

Puis il y a toujours les quartiers très demandés aux alentours de la Part-Dieu ou du triangle d’or près du Parc de la tête d’Or.

Afin de mener à bien leurs investissements à Lyon, les particuliers vont, dans la plupart des cas, contracter une demande pour un prêt immobilier. La banque doit non seulement s’assurer de votre solvabilité, mais également se protéger d’éventuels risques qui pourraient nuire au remboursement de l’emprunt (décès, invalidité, perte d’emploi…). Afin de vous accorder le crédit, elle va vous demander de souscrire à une assurance emprunteur qui va évaluer votre état de santé. Quelles sont les démarches médicales à suivre lors de la souscription à une assurance de prêt immobilier ? 

La recherche d’antécédents médicaux : une garantie pour l’assurance emprunteur

L’assurance va se substituer au bénéficiaire du crédit immobilier en cas de décès, d’invalidité, et dans certains cas de chômage. C’est également l’assurance de prêt qui va protéger les proches et héritiers si l’emprunteur décède. Elle va, en cas de besoin, payer le reste du prêt, ou couvrir les échéances que l’emprunteur ne peut pas rembourser.

Le site Magazine-Assurance explique les intérêts qu’il y a à changer d’assurance-crédit immobilière en 2018, la législation en cours, et les différentes modalités existantes autour de l’assurance de crédit immobilier.

Afin d’élaborer le contrat, l’assurance emprunteur va devoir vérifier les antécédents du futur assuré. Après 45 ans, les assureurs font très attention et peuvent vous demander des informations très précises. Elle peut demander à l’emprunteur de réaliser plusieurs démarches en fonction du risque qu’il présente. Cela peut aller d’un questionnaire simplifié à un examen médical plus poussé. Cette investigation de la part de l’assureur lui permettra de décider de signer le contrat d’assurance ou non, d’exclure certaines garanties ou de demander une surprime liée à certains risques.

Retenez bien qu’il est inutile de tenter de mentir puisqu’en cas d’omission de problèmes de santé connus au moment de la souscription, vous ne serez pas protégé par votre assurance emprunteur.

1er niveau de formalité : Le questionnaire de santé et l’examen du dossier médical

Dans un premier temps, l’assurance de prêt va demander à la personne souhaitant souscrire de répondre à un questionnaire simplifié sur ses antécédents de santé. C’est une procédure de routine qui est obligatoire pour les demandeurs d’emprunt. Vous devrez également faire une attestation d’état de santé où vous déclarez ne pas avoir été suivi médicalement ou ne pas avoir été opéré dans les dix dernières années.

Si les réponses sont satisfaisantes et ne laissent pas présager de problème, alors l’assurance emprunteur en restera là. Dans certains cas, elle peut vous demander de présenter des pièces complémentaires provenant de votre dossier médical. Cela lui permettra de mieux cerner vos éventuelles pathologies et d’anticiper leur évolution. Y a-t-il un risque qu’elles s’aggravent ? Avez-vous des habitudes, telles que fumer, un mode vie ou une profession qui peuvent augmenter les risques ? La présence de facteurs à risques peut éventuellement faire grimper le prix de votre assurance de prêt immobilier à cause de surprimes sur certaines garanties.

Emprunt élevé ou personnes âgées : la visite médicale demeure fréquente

Il est possible que l’assurance emprunteur demande de réaliser des examens médicaux complémentaires. Cette visite médicale n’est pas obligatoire dans tous les cas. Elle intervient quand l’assureur estime que l’emprunteur présente des risques ou que l’emprunt est élevé. Les chances que l’on vous demande de passer un examen médical augmentent avec l’âge et en fonction du montant du crédit. Allant d’un examen sanguin assez simple pour la glycémie, le cholestérol, HIV, etc., à un examen plus approfondi (hémogramme, hépatite B et C…).

Le bilan de santé peut également être complété par un rapport médical réalisé par un médecin. Ce rapport peut permettre de donner plus de précisions à l’assurance emprunteur sur votre état de santé. Pour toute demande d’examen médical, vous avez le droit de choisir votre médecin. Il ne peut pas vous être imposé. D’autre part, ces examens complémentaires sont remboursés par l’assurance. Vous pouvez également le réaliser dans un centre agréé par l’assureur afin que votre dossier lui soit directement transmis. 

Que se passe-t-il pour l’emprunteur en cas de risque de santé ?

Si vous avez des problèmes de santé ou un profil à risque, des garanties peuvent être exclues du contrat par l’assurance emprunteur. On peut également vous proposer de payer une surprime afin de bénéficier de ces garanties. Le coût de votre crédit s’en verra donc élevé, et parfois de façon assez conséquente. Ce scénario peut se dérouler si votre visite médicale n’est pas satisfaisante ou si avez eu des problèmes de santé graves dans les dix dernières années, tels qu’un cancer. Votre assurance de prêt immobilier ne vous protégera pas en cas de problèmes ou d’un décès des suites de cette pathologie. Il est également possible que l’assurance emprunteur refuse tout simplement de vous faire souscrire un contrat en raison d’une présence de risque importante.

Dans ce cas, il existe la convention AERAS (s'Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé) qui aide les personnes ayant des antécédents médicaux graves à avoir accès à l’assurance pour emprunter ou à se voir proposer d’autres solutions.

Avec toutes ces informations, vous avez toutes les clés en main pour réussir votre investissement immobilier à Lyon et profiter des joies de la ville des lumières.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vos commentaires sont les bienvenus.