Actualités - Musées - Festivals - Loisirs - Hébergements - Itinéraires - Conseils pratiques


Chaque année est organisée près de Lyon un marché atypique dans lequel il est possible d'acheter à moindre prix du matériel d'astronomie. L'occasion unique de s'initier à la quête des étoiles et des astres qui peuplent la voie lactée. Avec une année 2018 marquée par la présentation de la machine d'Anticythère, reconstituée par l'un des membres du club d'astronomie.

JOA Communay marché astronomie
JOA Communay


L'événement a lieu généralement au mois de Mars à Communay, petite ville à 20 minutes de Lyon. Tous les fans d'astronomie de la région et d'ailleurs se retrouvent le temps d'une journée pour échanger sur leurs passions communes et surtout troquer du matériel neuf et d'occasion lié de près ou de loin à l'observation des étoiles et planètes du système solaire. L'association JOA (Journée de l'Occasion et de l'Astronomie), c'est aussi des ateliers techniques et des présentations de matériels.

Les stands professionnels exposent et proposent à la vente, des instruments, des accessoires d'occasions, des fins de série, etc...

Sont aussi présents : des observatoires, des planétariums, des centres d'accueil de public, des clubs, des associations d'astronomie, etc...

Alors si vous possédez quelques pièces, accessoires, montures, optiques dans votre garage et que vous ne vous en servez plus, réservez votre emplacement pour les vendre aux JOA.

En 2018 fut présentée au public une curieuse machine...que l'on prétend être la plus ancienne machine à calculer du monde...

La machine d'Anticythère


Présentée au public par Pierre Bonhomme, la machine d'Anticythère tire son nom de l'île grecque près de laquelle des fragments de cette machine furent remontés à la surface près d'une épave en 1901.

Considérée comme la plus ancienne machine à calculer analogique du monde, Pierre Bonhomme, passionné et professeur à la retraite, a voulu reconstituer cette machine très étrange... Après plus de 5000 heures de travail, il reconstitue à l'aide d'une imprimante 3d un système d'engrenage lui permettant de représenter les planètes de notre système solaire dans un modèle géocentrique. Ce modèle cher a Ptolémée resta pendant des siècles le modèle de référence après la découverte de Copernic qui plaça le Soleil au centre de notre système solaire avec son modèle héliocentrique.

Voici en vidéo le mécanisme d'Anticythère :



La maquette de Pierre Bonhomme s'inspire des travaux réalisés par Michael Wright et Mogi Vicentini sur le mécanisme d’Anticythère.

[MISE à JOUR 2019 : après quelques recherches sur ce sujet passionnant, voici l'histoire de la découverte et des origine de cette mystérieuse machine...]

Découverte de la machine d’anticythère


Le capitaine Dimitrios Kontos (Δημήτριος Κοντός) et un équipage de plongeurs éponge de l'île de Symi ont découvert l'épave d'Antikythera au printemps 1900 et ont récupéré des artefacts lors de la première expédition de la Marine royale hellénique, en 1900-1901. Cette épave d'un cargo romain a été retrouvée à 45 mètres de profondeur au large de Point Glyphadia sur l'île grecque d'Antikythera. L'équipe a récupéré de nombreux artefacts de grande taille, dont des statues en bronze et en marbre, des poteries, des objets en verre uniques, des bijoux, des pièces de monnaie et le mécanisme. Le mécanisme a été récupéré de l'épave en 1901, très probablement en juillet de la même année. On ne sait pas comment le mécanisme a pu se trouver sur le cargo, mais il a été suggéré qu'il était transporté de Rhodes à Rome, avec d'autres trésors pillés, pour soutenir un défilé triomphal qui était organisé par Jules César.

Tous les objets récupérés de l'épave ont été transférés au Musée national d'archéologie d'Athènes pour stockage et analyse. Le mécanisme semblait à l'époque n'être rien de plus qu'un morceau de bronze et de bois corrodés ; il passa inaperçu pendant deux ans, tandis que le personnel du musée travaillait à reconstituer des trésors plus évidents, tels que les statues.

Le 17 mai 1902, l'archéologue Valerios Stais a découvert que l'un des morceaux de roche contenait une roue dentée. Il a d'abord cru qu'il s'agissait d'une horloge astronomique, mais la plupart des chercheurs ont considéré le dispositif à être prochronistique, trop complexe pour avoir été construit au cours de la même période que les autres pièces qui ont été découvertes. Les recherches sur l'objet ont été abandonnées jusqu'à ce que l'historien britannique des sciences et professeur de l'Université Yale Derek J. de Solla Price s'y intéresse en 1951. En 1971, Price et le physicien nucléaire grec Charalampos Karakalos ont réalisé des images radiographiques et gamma des 82 fragments. Price a publié un document de 70 pages sur leurs conclusions en 1974.

Deux autres recherches d'objets sur le site de l'épave d'Antikythera en 2012 et 2015 ont permis de trouver un certain nombre d'objets d'art fascinants et un deuxième navire qui pourrait ou non être relié au navire au trésor sur lequel le mécanisme a été découvert. On a aussi trouvé un disque de bronze, orné de l'image d'un taureau. Le disque a quatre "oreilles" percées de trous, et certains pensaient qu'il faisait peut-être partie du mécanisme de l'Antikythera lui-même, comme une "roue dentée". Cependant, il semble y avoir peu de preuves qu'il faisait partie du mécanisme ; il est plus probable que le disque était une décoration en bronze sur un meuble.

Origine


Le mécanisme Antikythera est généralement appelé le premier ordinateur analogique connu. La qualité et la complexité de la fabrication du mécanisme suggèrent qu'il a dû avoir des prédécesseurs non découverts à l'époque hellénistique. Sa construction repose sur les théories de l'astronomie et des mathématiques développées par les astronomes grecs au cours du IIe siècle avant J.-C., et on estime qu'il a été construit à la fin du IIe siècle avant J.-C. ou au début du Ier siècle av.

En 1974, Derek de Solla Price a conclu, d'après les réglages des engrenages et les inscriptions sur les faces du mécanisme, qu'il avait été fabriqué vers 87 avant J.-C. et perdu quelques années plus tard seulement. Jacques Cousteau et associés ont visité l'épave en 1976 et récupéré des pièces datées entre 76 et 67 av. L'état avancé de corrosion du mécanisme a rendu impossible l'exécution d'une analyse de composition précise, mais on croit que l'appareil était fait d'un alliage de bronze à faible teneur en étain (environ 95 % de cuivre et 5 % d'étain). Ses instructions ont été composées en grec koine.

En 2008, la poursuite des recherches dans le cadre du projet de recherche sur le mécanisme d'Antikythera a laissé entendre que le concept du mécanisme pourrait provenir des colonies de Corinthe, puisqu'elles ont identifié le calendrier sur la spirale métonique comme provenant de Corinthe ou d'une de ses colonies en Grèce du Nord-Ouest ou en Sicile Syracuse était une colonie de Corinthe et le domicile d'Archimède, et le projet de recherche sur le mécanisme d'Antikythera a soutenu en 2008 que cela pourrait impliquer une connexion avec l'école d'Archimède. Cependant, il a été récemment démontré que le calendrier sur la Spirale Métonique est bien du type corinthien mais ne peut être celui de Syracuse. Une autre théorie suggère que les pièces de monnaie trouvées par Jacques Cousteau sur le site de l'épave dans les années 1970 datent de l'époque de la construction de l'appareil, et suppose que son origine pourrait provenir de l'ancienne ville grecque de Pergame, siège de la Bibliothèque de Pergame. Avec ses nombreux manuscrits d'art et de science, elle était la deuxième en importance après la Bibliothèque d'Alexandrie pendant la période hellénistique.

Le navire transportant l'appareil contenait également des vases de style rhodien, ce qui laisse supposer qu'il a été construit dans une académie fondée par le philosophe stoïcien Posidonius sur cette île grecque. Rhodes était un port de commerce achalandé dans l'Antiquité et un centre d'astronomie et de génie mécanique, abritant l'astronome Hipparque qui a été actif d'environ 140 avant JC à 120 avant JC. Le mécanisme utilise la théorie d'Hipparque pour le mouvement de la Lune, ce qui suggère la possibilité qu'il l'ait conçu ou du moins y ait travaillé. En outre, il a récemment été avancé que les événements astronomiques sur le Parapegma du mécanisme d'Antikythera fonctionnent mieux pour des latitudes comprises entre 33,3 et 37,0 degrés nord ; l'île de Rhodes est située entre les latitudes 35,85 et 36,50 degrés nord.

En 2014, une étude de Carman et Evans a plaidé en faveur d'une nouvelle datation d'environ 200 ans av. J.-C. en se basant sur l'identification de la date de démarrage sur le cadran Saros comme le mois lunaire astronomique qui a commencé peu après la nouvelle lune, le 28 avril 205 av. De plus, selon Carman et Evans, le style arithmétique babylonien de prédiction correspond beaucoup mieux aux modèles prédictifs de l'appareil que le style trigonométrique grec traditionnel. Une étude de Paul Iversen publiée en 2017 indique que le prototype de l'appareil provenait bien de Rhodes, mais que ce modèle particulier a été modifié pour un client d'Épire dans le nord-ouest de la Grèce ; Iversen soutient qu'il a probablement été construit au plus tôt une génération avant le naufrage, une date soutenue également par Jones.

D'autres plongées ont été entreprises en 2014 et devraient se poursuivre en 2015, dans l'espoir d'en découvrir davantage sur le mécanisme.

Sources : 

Article sur Pierre Bonhomme : futura-sciences

Pour en savoir plus sur cette incroyable machine : la page Wikipedia

Enfin, un article tiré du journal de la Société d'Astronomie de Lyon qui explique le mécanisme d'Anticythère.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vos commentaires sont les bienvenus.