Le musée des beaux arts

Une visite incontournable lors d'une visite à Lyon dans ce qui est l’un des plus beaux, des plus vastes et des plus riches musées des beaux arts de France !

Musée des beaux arts face à la place des Terreaux

Situé à deux pas de l’Hôtel de Ville, au cœur de Lyon, dans l’enceinte du magnifique palais Saint-Pierre, ce musée fondé en 1801 possède une collection impressionnante, répartie dans 70 salles, qui offre aux visiteurs un parcours allant de l’antiquité à l’art contemporain.

Le musée des beaux-arts de Lyon


L'histoire du palais Saint-Pierre


De son vrai nom l'abbaye de Saint-Pierre-les-Nonnains de Lyon, est un ancien édifice religieux dont la construction remonte au XI ième siècle. C'est donc un des bâtiments les plus anciens de Lyon. C'est une abbaye dirigée par des moniales (des nonnes) issues de la noblesse, qui élisent une abbesse à vie et dont l'autorité ne dépend pas de l'archevêque de Lyon, mais du pape. Les moniales perdent leurs privilèges et l'indépendance de l'abbaye en 1637 et passent sous la direction de l'archevêque de Lyon.

C'est au XVII ième siècle que le bâtiment telle que nous le connaissons aujourd'hui prend forme. De nombreux travaux sont entrepris. C'est la fille du maréchal Honoré Albert, Anne de Chaulnes, elle même abbesse, qui choisit l'architecte François Royers de la Valfrenières pour entreprendre la transformation de "l'abbaye royale des Dames de Saint-Pierre". Nous devons notamment à cet architecte la monumentale façade qui longe la place des Terreaux ainsi que deux façades latérales. Une partie des travaux intérieurs du palais est confiée au peintre et architecte lyonnais Thomas Blanchet qui s'entoure lui même des sculpteurs Simon Guillaume et Nicolas Bidault, de Marc Chabry qui réalisera les armoiries et du peintre Louis Cretey.

Après la révolution, le 1er septembre 1801, l'arrêté Chaptal crée un musée des beaux-arts à Lyon. C'est seulement en 1802 que le musée est installé dans l'abbaye et la première salle du musée sera ouverte au public en 1803.

Ce palais est classé Monument Historique depuis 1938.

Ci-dessous, anciennes cartes postale du palais Saint-Pierre (source : archives municipales de Lyon)


La place des terreaux et le palais Saint-Pierre (vers 1910)
La place des terreaux et le palais Saint-Pierre (vers 1910)


Le jardin intérieur avec le Discobole (vers 1910)
Le jardin intérieur avec le Discobole (vers 1910)



La visite du musée


Le rez-de-chaussée :

Il abrite une très belle collection de sculpture du XIXème s. dans « la chapelle » de l’église Saint-Pierre fondée au VIIème siècle puis reconstruite du XIIème au XIVème siècle dans le style roman.

Musée beaux arts Lyon
Salle de la Chapelle


Le célèbre sculpteur Lyonnais Joseph Chinard y est bien représenté avec ‘Persée et Andromède’ ainsi que le buste de ‘Juliette Récamier’.

‘Persée et Andromède’ (œuvre en terre cuite de 1791) raconte l’histoire de la princesse Andromède offerte en proie à un monstre marin après que sa mère Cassiopée ait prétendu rivaliser en beauté avec les Néreides. Persée, en héros, la délivre de ses chaines et tue le monstre avant de l’épouser.

Musée beaux arts Lyon
Persée et Andromède


Le buste de ‘Juliette Récamier’ (marbre de 1805-1806) représente la femme d’esprit dont le salon qu’elle tenait depuis la période du directoire jusqu’à la monarchie attirait de nombreuses personnalités du monde politique et artistique.

Musée beaux arts Lyon
Buste de Juliette Récamier


Le réfectoire baroque, destiné à l’accueil de groupes ou de manifestations, est un ancien réfectoire de religieuse réalisé par Thomas Blanchet de 1675 à 1684. De part et d’autre de cette salle nous pouvons admirer deux peintures signée Louis Cretey sur le thème du repas. D’un côté, ‘La multiplication des pains’ et de l’autre ‘La Cène’.

La multiplication des pains est un évènement relaté dans les évangiles et qui illustre un des miracles de Jésus lorsque celui-ci permit à une foule nombreuse de manger à sa faim.

La Cène est le dernier repas de Jésus prit avec ses douze apôtres le soir du jeudi qui précède la Pâques juive, avant son arrestation et sa crucifixion.

Le 1er étage :

Le département des antiquités présente près de trois millénaires d’histoire où vous pourrez découvrir les civilisations de l’Egypte, du proche et moyen orient, de la Grèce ainsi que de la Rome antiques.

La Porte de Ptolémée IV, érigée sous son règne au IIIème s. avant J.C, est assez majestueuse. Elle marquait, à l’origine, l’entrée d’un sanctuaire à Medamoud dans le sud de l’Egypte.

Musée beaux arts Lyon
Porte de Ptolémée IV

Le département des objets d’art recense des objets allant du moyen âge au XXème s. tels que des décors de faïences et de céramiques ou du mobilier.

Un peu plus loin, vous pourrez visiter le médailler ou près de 50 000 pièces telles que monnaies, médailles, jetons, sceaux et bijoux font partie de cette riche collection.

Musée beaux arts Lyon
Tetradrachme (Athènes, vers 480-420 avant J.C)
Musée beaux arts Lyon
Serterce en bronze d'Antonin 


Envie de faire une pause gourmande ? Le restaurant ‘Les Terrasses Saint-Pierre’ vous accueille à cet étage et l’été vous pourrez ainsi profiter de la terrasse dominant le jardin intérieur et le cloître.

Le 2ième étage :

Le dernier niveau laisse place aux œuvres s’étalant du XIV au XIXème s. et aux œuvres contemporaines.


Parmi les œuvres majeures, nous pouvons citer ‘La fuite en Egypte’ de Nicolas Poussin qui raconte un passage de l’évangile selon lequel Joseph, averti du massacre ordonné par Hérode de tous les jeunes enfants juifs, fuit l’Egypte avec son enfant, Jésus et sa mère Marie.

Nicolas poussin
La fuite en Egypte, Nicolas Poussin

Pour résumer: un musée très agréable à visiter, lumineux avec des grands espaces d'expositions. C'est un véritable plaisir de déambuler à travers les salles de ce palais!

Et vous, avez-vous apprécié ce musée ?

(Mise à jour: 07/2014)

1 commentaire:

  1. bonjour sympa de voir Lyon sous un angle nouveau, j'ajouterai un verre en terrasse avant ou après sur la place sera le top ! :)

    RépondreSupprimer

Vos commentaires sont les bienvenus.